Formulaire de contribution au texte "Départementales, régionales : La France insoumise appelle à des programmes communs" Revenir au formulaire
Réponses 1 à 20 sur 254


1 septembre 2020 16:30
Contribution
Deuxième paragraphe à partir de la ligne 5. "Il est certain que ce programme n’est pas compatible avec certaines des orientations que développent les partis de la gauche traditionnelle. C’est pourquoi le moment venu, aux élections présidentielles et législatives, les électeur·ices décideront quelles orientations pour finir ils et elles veulent voir mettre en œuvre a la tête du pays." --> Je ne comprends pas l'intérêt de ce passage. La première phrase ne fait rien avancer et divise inutilement alors que nous cherchons à rassembler les forces de gauche pour ces élections. La deuxième phrase je ne l'a comprend pas, elle n'est pas attendue et parle de quelque chose encore trop loin. Dernière phrase du troisième paragraphe. "Cela nous permettrait de faire progresser les causes communes qui peuvent régler les problèmes concrets de notre peuple." --> Cette phrase ne sert à rien, elle répète la phrase précédant. Sinon je dirais plutôt "Cela nous permettrait de répondre aux enjeux contemporains en promulguant le bien commun." Première phrase du dernier paragraphe. "Au service du peuple et non des partis". --> Le mot peuple me gène, c'est démagogue. Je dirais plutôt "Au service du bien commun et non des partis".

1 septembre 2020 16:38
Contribution
Je reprend juste l introduction: "Le changement climatique est engagé. La pandémie menace d’une seconde vague." Tant que le Mouvement la France Insoumise en restera à une position qui "néglige" de dénoncer la dimension d instrumentalisation, par le néo libéralisme, de la gestion de la "Crise Sanitaire" nous continuerons de perdre en crédibilité.... La question ici n étant pas "masque ou pas masque" mais celle de la falsification constante des données médicales liée au COVID19,et celle des modalités de dépistage aujourd'hui qui sont organisées n importe comment sans priorisation, c est absurde et nous ne disons rien alors que nous somme partisan depuis le début du principe 1)Depistage 2)mise en quarantaine accompagnee des patients porteurs à risque 3) Soins pour éliminer la charge virale. Ça ce n est pas compliqué à dire puisque de tous temps les virus du type Covid entre autre circulent partout et toute l année. Pour le reste vous m expliquerez comment nous faisions pour nous rendre plus crédible, dans un département comme la Dordogne pour mener des listes communes aux départementales et à la régionale avec par exemple : Un Pcf qui est allié au PS pour la Sénatoriale de 2020. Avec EELV qui gère la région Nouvelle Aquitaine avec le PS et qui repartira d une manière ou d une autre avec les Socialistes en 2021. Oui nous sommes en échec et pour partie cela doit sans doute aussi relever de nous. Il serait bon d examiner tranquilement ce point. Au plaisir. Didier Bustamante.

1 septembre 2020 16:52
Contribution
La laïcité est un pilier de la République, un principe vivant et porteur de droits inaliénables garantis à tout membre de la société, français ou étranger : la séparation du politique et du religieux, la liberté de conscience et de culte, l’égalité des citoyens en tout domaine sans discrimination d'aucune sorte; la neutralité à l’égard de toutes les convictions philosophiques, religieuses ou politiques. Concernant les religions, nous agirons pour qu’aucune d’entre elles ne soit mise à l’index au prétexte de la laïcité . Nous défendrons la laïcité et refuserons le financement public des religions et organisations confessionnelles au-delà de ce qu'impose les Lois anti-laïques que nous dénonçons. Nous réaffirmons le bienfondé et l'actualité de la loi de 1905 sur la laïcité. Aucun financement public ne sera octroyé à la construction de nouveaux établissements scolaires privés ou à la rénovation de ceux qui existent déjà.

1 septembre 2020 17:04
Contribution
Bonjour! Et merci pour tout votre travail ! Voilà mes propositions : Démocratiser au coeur des entreprises et encourager les employés à réclamer "l'actionnariat direct = 1 travailleur, 1 action, 1 voix" afin que les travailleuses et travailleurs puissent avoir une force de décision quant au réinvestissement des bénéfices de leur entreprises, notamment sur les rémunérations et avantages des dirigeants. +(hors contexte mais à l'échelle nationale, européenne voire mondiale => instauration d'un PEPIG pour une durée test d'une année ( 2022) du Plafond d'Enrichissement Personnel/ Individuel d'Intérêt Général. Plafond proposé à 1 Millions d'€/AN ( Une vie au SMIC+300 000€) Qu'ielles osent venir pleurnicher de ne pas avoir assez... Merci encore et bon courage Mathilde

1 septembre 2020 17:27
Contribution
Concernant le numérique, il y a une timide mention qui est "l’égalité d’accès à internet avec accès à la 4G mais refus du déploiement de la 5G". Je pense qu'avec une phrase alternative on peut être plus pertinent sur le thématique numérique dep/régionale que simplement l'enjeu 4G/5G qui est certes d'actualité mais beaucoup trop restrictif aux vues de l'importance politique et sociétale du numérique aujourd'hui, et pour notre futur. Je propose de remplacer l'élément pré-cité par la phrase suivante: "l'émergence d'un numérique commun: la fin de l'apartheid numérique par des connexions internet très haut débit à coûts modestes pour tou.te.s et un moratoire sur la 5G, la lutte contre les précarités numériques et le droit aux alternatives physiques face aux services en ligne, la fin de toutes les solutions propriétaires GAFAM avant 2027 et le développement du libre, le développement de filières coopératives de reconditionnement des équipements numériques vendus et prêtés dans le cadre scolaire, et la systématisation de l'open data."

1 septembre 2020 17:29
Contribution
Enclencher la transition écologique dans les lycées ( insuffisant aujourd’hui): installation des énergies renouvelable , création d’un réseau local de production biologique pour passer au bio dans les cantines) . Ter : relancer les comités ter dialogue entre l’autorité de service publique et les usagers . Ne plus être l’otage de la DSP. Stopper les subventions et les aides à L’agriculture intensive . Permettre un accès plus facile ( foncier) à La conversion bio. Accroître les aides aux PME et artisanats pour l’apprentissage. Favoriser les aides aux PME suivant le respect d’un cahier de ces charges confirme au La bifurcation écologique ( à créer)

1 septembre 2020 18:23
Contribution
Dans le paragraphe consacré à la bifurcation écologique je propose d'ajouter: Utiliser les échelons départementaux et régionaux pour véritablement organiser la réduction des déchets à la source et tout au long du cycle de vie des produits manufacturés. En effet les échelons régionaux et départementaux peuvent jouer un rôle important dans la réduction des déchets à la source en orientant les productions ne serait ce que par leur place dans les politiques économiques et éducatives mais aussi en favorisant les subventions et les attributions de marchés aux entreprises sociales et solidaires ou associations engagées dans ce secteur

1 septembre 2020 19:06
Contribution
Désobéir aux directives européennes de casse des services publics et promouvoir d'autre choix choix économiques et sociétaux en concertation avec tous les mouvements, associations, syndicats et partis qui sont d'accord sur l'appel à des programmes communs.

1 septembre 2020 19:18
Contribution
Après avoir lu le texte dans son intégralité j'y relève deux points importants. Redonné à la mairie de Marseille la main mise du logement, des transports, '"aux mains de la métropole" ainsi que l'exploitation des parkings "céder au privé par la municipalité de Mr Gaudin"

1 septembre 2020 19:22
Contribution
Ce projet me convient. Une seule chose me défrise dans les votes précédent : Il n'existe pas le vote blanc, abstention ou refus de vote. Raison pour laquelle je n'ai pas voté depuis un certain temps. Serai-je entendu ? Fraternellement Jld

1 septembre 2020 19:23
Contribution
Pour les départements, il ne s'agit pas simplement de demander le remboursement des sommes dues par l'Etat pour le RSA et les routes. S'il est vrai que le RSA présente l'essentiel de la dette, celle ci est constituée par les allocations sociales.. RSA, APA et PCH. Les routes aussi mais ce n'est pas le plus important. D'autre part ce n'est pas simplement un remboursement c'est le système de financement. Il faut renationaliser le financement et revoir les critères de compensation. Pour le 93 cela représente depuis 2004 près de 2 milliards d'Euros. La

1 septembre 2020 19:23
Contribution
Favoriser un aménagement du territoire qui lutte contre les concentrations métropolitaines et qui lutte contre les inégalités territoriales et l’accès aux droits aux services publics. En fonction des compétences rendre les cantines scolaires gratuites pour les personnes en difficultés sociales et économiques Soutenir les associations et l’économie sociale et solidaire par des aides aux fonctionnements et pas seulement à l’investissement Mettre en place une évaluation des politiques publiques

1 septembre 2020 19:24
Contribution
Tout cela est très bien ,étant donné qu'il s'agit d'un cadre national je n'ai rien a ajouter .

1 septembre 2020 19:28
Contribution
-Je crois que pour les fournitures scolaires il faut préciser collèges et lycées, beaucoup de personnes ne savent pas que les collèges dépendent des départements et les lycées des régions. -Mises en place durant le mandat de la gratuité des cantines.

1 septembre 2020 19:29
Contribution
Pour les départements, il ne s'agit pas simplement de demander le remboursement des sommes dues par l'Etat pour le RSA et les routes. S'il est vrai que le RSA présente l'essentiel de la dette, celle ci est constituée par les allocations sociales.. RSA, APA et PCH. Les routes aussi mais ce n'est pas le plus important. D'autre part ce n'est pas simplement un remboursement c'est le système de financement qui est en cause si on ne le change pas on va continuer à faire payer aux habitants du département, leur précarité, leur compensation du handicap ou leur perte d'autonomie. Il faut renationaliser le financement et revoir les critères de compensation. Pour le 93 cela représente depuis 2004 près de 2 milliards d'Euros. La formulation n'est donc pas bonne. Ensuite attention ni les régions , ni les départements n'ont de compétences sanitaires sauf certains départements qui ont gardé cette compétence en matière de prévention . Encore une fois comme le 93. Cette compétence porte sur la prévention en santé. PMI, vaccinations, MST, SIDA.. Pierre Laporte VP à la santé et au social pour le 93.

1 septembre 2020 19:30
Contribution
Nos alliances ne sauraient toutefois être faites ni avec LREM ni avec les partis de droite. (Pour mémoire, la Fi a soutenu à Thiers entre les 2 tours des municipales une liste qui allait de la droite à la Fi en passant par des personnes affichées à droite, liste qui se présentait contre une liste de droite et une liste union de la gauche-EELV. Le responsable départemental de LREM s'est glorifié sur FR3 Auvergne le soir des élections de l'élection dans la commune de représentants de son mouvement. Ce soutien de la Fi ayant été apporté en dépit des avertissements lancés par les deux GA du secteur)

1 septembre 2020 19:34
Contribution
je su_is d accord sur tout sauf le rassemblement des parti la fin ne me convient pas il faut clairemnt decider que les tetes de liste doivent etre designer par les vote s des citoyens et non pas par des etats majors quand a place public ? sans moi de toute façon vu que les autres parti n ont que leur interet de parti a proposer je ne suis pas inquiet

1 septembre 2020 19:35
Contribution
La laïcité est un pilier de la République, un principe vivant et porteur de droits inaliénables garantis à tout membre de la société, français ou étranger : la séparation du politique et du religieux, la liberté de conscience et de culte, l’égalité des citoyens en tout domaine sans discrimination d'aucune sorte; la neutralité à l’égard de toutes les convictions philosophiques, religieuses ou politiques. Concernant les religions, nous agirons pour qu’aucune d’entre elles ne soit mise à l’index au prétexte de la laïcité. Nous défendrons la laïcité et refuserons le financement public des religions et organisations confessionnelles au-delà de ce qu’imposent déjà les Lois anti-laïques que nous dénonçons. Nous réaffirmons le bienfondé et l'actualité de la loi de 1905 sur la laïcité. Aucun financement public ne sera octroyé à la construction de nouveaux établissements scolaires privés ou à la rénovation de ceux qui existent déjà.

1 septembre 2020 19:38
Contribution
Désolés les amis, vous êtes à coté de la plaque. La FI va à sa ruine et c'est tant mieux. La bêtise Mélenchon est hymalaienne! Le capital de 2017 est perdu à jamais. cordialement marc

1 septembre 2020 19:52
Contribution
Nous voulons qu'une vrai stratégie soit opté et non des alliances de circonstances qui ne font pas avancer la gauche. Aussi contrairement aux élections municipales ou le comité de pilotage à fait la sourde oreille j'espère que nous serons cette fois ci écouter.